Accueil Trouver de l'information Équipe de concertation communautaire et de rapprochement (ECCR)

Équipe de concertation communautaire et de rapprochement (ECCR)

Depuis avril 2021, le SPVM a déployé l’Équipe de concertation communautaire et de rapprochement (ECCR) dans la zone du centre-ville et celle du Nord-Est. Relevant de la Division de la prévention et de la sécurité urbaine (DPSU), cette nouvelle équipe permanente est dédiée à la prise en compte, en amont, des préoccupations citoyennes.

D’ici l’automne 2022, l’ECCR servira une autre zone distincte du territoire montréalais, soit celle de l’Ouest. Ces zones sont délimitées en fonction d’enjeux communs de sécurité urbaine et de cohabitation sociale.

Entièrement dégagée de la réponse aux appels d’urgence, l’ECCR a le mandat d’aller à la rencontre des citoyens et des intervenants des organismes communautaires en vue de trouver avec eux des solutions communes et durables aux enjeux de cohabitation sociale et de sécurité urbaine, actuels ou émergents.

 

Les interventions auprès des personnes en situation de vulnérabilité

Une part considérable des appels reçus au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est liée à des problèmes sociaux. Au quotidien, les policiers interviennent en première ligne auprès de personnes en situation de vulnérabilité, qu’elles soient en crise, avec l’état mental perturbé, en situation d’itinérance ou intoxiquées, par exemple.

À elles seules, les interventions policières ne répondent pas à l’ensemble des situations de vulnérabilité ou d’occupation inattendue de l’espace public montréalais. En fait, aucune intervention, aucun acteur ne peut prétendre, à eux seuls, apporter une solution unique à l’ensemble des enjeux complexes qui ont un impact sur la sécurité urbaine et la cohésion sociale à Montréal.

La force du partenariat

C’est pourquoi le SPVM a développé différentes initiatives au cours des dernières années en vue de favoriser une meilleure concertation entre les expertises, les mandats et les actions des différents acteurs, notamment ceux du système de justice, des services sociaux et de santé, ainsi que du milieu communautaire.

Ces initiatives prennent plus souvent la forme d’équipes mixtes spécialisées telles que l’ESUP (Équipe de soutien aux urgences psychosociales), l’EMRII (Équipe mobile de référence et d’intervention en itinérance), déployées en partenariat avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, ainsi que les patrouilles conjointes autochtones, réalisées en collaboration avec le Centre d'amitié autochtone de Montréal (CAAM).

Ces initiatives réduisent le nombre d’interventions répétitives auprès des mêmes personnes et diminuent les tensions provenant des problèmes de cohabitation. Actuellement, le SPVM désire renforcer les pratiques gagnantes et s’investir pour faire évoluer la police communautaire vers une approche novatrice de concertation.

Dans le contexte actuel, le SPVM reconnaît l’importance de miser sur le rapprochement avec les citoyens et avec les organismes communautaires afin de continuer à adapter ses services pour répondre aux nouvelles réalités, aux besoins présents ou émergents et aux priorités de la population. Fort du succès connu avec ses nombreux projets pilotes et ses équipes mixtes spécialisées, le SPVM déploie l’Équipe de concertation communautaire et de rapprochement (ECCR).

Des haltes de concertation communautaire

Tout en menant sa mission en matière de sécurité, l’ECCR opère un rapprochement en identifiant des haltes de concertation communautaire, des lieux propices à des échanges formels ou informels dans un quartier. En patrouille à pied, les policiers de l’ECCR vont à la rencontre des citoyens et des intervenants d’organismes communautaires là où ils se trouvent, dans des refuges, des parcs, des résidences pour personnes aînées, des stations de métro, ou des centres commerciaux, entre autres.

En fait, les haltes de concertation communautaire privilégient un travail policier fondé sur les préoccupations des citoyens en amont, et non pas sur la réponse aux appels. Elles favorisent les échanges avec les citoyens sur les problématiques émergentes, la résolution des préoccupations associées à la criminalité ou à l’égard de personnes dont la situation de vulnérabilité est récente et sur laquelle il est possible d’intervenir en amont.

Ces échanges visent à trouver des solutions communes et durables aux enjeux de cohabitation sociale et de sécurité urbaine dans le quartier. De plus, le SPVM souhaite que les policiers et les différents intervenants puissent se côtoyer sur le terrain au quotidien pour améliorer leurs pratiques ensemble et être encore plus efficaces auprès de la population. D’autre part, les policiers de l’ECCR œuvrent dans les zones selon les besoins de rapprochement les plus criants, en collaboration avec les postes de quartier et en complémentarité avec les initiatives locales.

Une équipe dédiée aux préoccupations citoyennes

Cette nouvelle façon d’œuvrer dans la communauté implique les citoyens dans la priorisation du travail policier et dans la résolution de problématiques sociales étroitement liées à la sécurité publique. Les patrouilles aux diverses haltes de concertation communautaire permettent aux policiers de l’ECCR de développer une meilleure connaissance des diverses communautés ethnoculturelles, de se familiariser avec le tissu social et de mieux comprendre les réalités vécues dans les quartiers.

La présence des agents de l’ECCR sur le terrain contribue à démystifier, à faire connaître le travail policier auprès des citoyens en ce qui concerne les rôles et responsabilités de la police, les opportunités et les limites de l’intervention policière.

Une prévention et une présence dans l’espace public

Les policiers de l’ECCR interviennent auprès des personnes marginalisées en situation de vulnérabilité (personnes en situation d’itinérance ou aux prises avec des problèmes de toxicomanie, travailleuses du sexe, etc.), selon une approche de relation d’aide à l’intérieur de la grande mission policière.

L’existence de l’ECCR permet au SPVM de coordonner une intervention policière adaptée et pérenne afin d’entendre et de répondre aux préoccupations citoyennes en complémentarité avec les actions entreprises par les postes de quartier et l’implication des différents partenaires.

Une mission axée sur une approche novatrice de concertation

La concertation est l'action de s'accorder en vue d’un projet commun basé sur le partage des pouvoirs et des responsabilités vers un éventuel partenariat. Ce processus se réalise par l’ouverture, le dialogue et le respect des parties prenantes.

La mission de l’ECCR consiste à favoriser un travail policier proactif, en misant sur une approche partenariale, basée sur les préoccupations citoyennes, ainsi qu’à créer des occasions d’échange en vue de renforcer le lien de confiance envers les diverses communautés et organismes. La responsabilité est partagée entre tous les partenaires dans le cadre d’un engagement commun et dans le respect des expertises, des mandats et des limites de chacun.

Rôles et responsabilités

En partenariat avec les citoyens, les intervenants d’organismes communautaires et les postes de quartier, les policiers de l’ECCR sont appelés à :

  • résoudre des problèmes en trouvant des solutions communes aux enjeux de de sécurité urbaine et cohabitation sociale tels que l’itinérance et la pauvreté ;
  • contribuer à renforcer le tissu social et à anticiper des problématiques, en étant à l’écoute ;
  • renforcer les actions préventives à la source des enjeux de sécurité urbaine, et à rehausser ainsi la qualité de vie dans les milieux ;
  • développer une meilleure connaissance des diverses communautés ethnoculturelles, et à se familiariser avec le tissu social afin de mieux comprendre les réalités vécues dans les quartiers.

Une structure d’équipe décentralisée

Cette nouvelle équipe permanente est sous la supervision d’un commandant. Dans chacune des trois zones, l’équipe comprendra deux groupes de travail constitués respectivement d’un sergent et de six policiers permanents.

Un déploiement en trois phases

Zones des enjeux communs

 

Échéance prévue

Centre-ville

PDQ 12, 20, 21, 22, 23 et 38

Phase 1. Déployée

Nord-Est

PDQ 27, 30, 31,33, 39, 42 et 45

Phase 2. Déployée

Ouest

PDQ 9 et 26

Phase 3. À déterminer


Chaque duo s’imprègnera des réalités locales des zones desservies par l’entremise de la patrouille à pied principalement. Par ailleurs, chaque PDQ concerné accueillera deux policiers permanents de l’ECCR dans ses locaux. Les duos commenceront et termineront leurs quarts de travail dans leur unité d’accueil et se rapporteront à leur officier au rassemblement en mode virtuel.