La police des

Montréalais


Cavalerie


La cavalerie représente un élément déterminant de la présence du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sur tout le territoire, puisqu’elle permet notamment d’assurer une visibilité et une patrouille policière dans des endroits autrement difficiles d’accès.

Description de l’unité

La cavalerie du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) compte :

  • 8 chevaux;
  • 10 policiers;
  • 3 employés civils (les palefreniers) qui soignent les chevaux et entretiennent l’écurie au quotidien.

Les cavaliers sont répartis entre 3 groupes de travail de 3 cavaliers. Il y a 2 quarts de travail, en alternance de jour et de soir.


Rôles et responsabilités de la cavalerie

  • Répondre, en priorité, aux besoins des postes de quartier du SPVM (p. ex. : recherches, disparitions, portes ouvertes, événements spéciaux tels que défilés, fête de la Saint-Jean-Baptiste, Grand Prix de Montréal, cérémonies civiques)
  • Faire respecter les lois et les règlements municipaux
  • Faire la prévention du crime
  • Patrouiller sur le territoire de l’île de Montréal, dans ses parcs et ses endroits non accessibles en véhicule
  • Résoudre les problématiques spécifiques aux parcs, pistes cyclables et espaces verts
  • Expliquer le rôle du cavalier lors de visites ou de conférences en milieu scolaire
  • Effectuer le contrôle de foule lors d’événements ou de manifestations


Services offerts

L’agent Daniel Sirois présente Black Jack à une classe d’écoliers

Visite des installations de la cavalerie

L’écurie du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est ouverte gratuitement aux visiteurs, sur réservation et selon la disponibilité des cavaliers.

Pour prendre rendez-vous, veuillez communiquer avec un membre de l’unité, au 514-280-2277.

Location de services

Il est possible de louer les services de la cavalerie pour :

  • escorter des dignitaires;
  • patrouiller dans les parcs ou tout autre espace extérieur;
  • participer à des défilés, des cérémonies, des fêtes privées ou des mariages.

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec l’équipe de la commercialisation du SPVM.


Histoire

La cavalerie a été instituée en 1885, soit 20 ans après l’apparition du Service de police à Montréal. À cette époque, elle était composée de 6 cavaliers et l’écurie était située à l’angle des rues Rachel et Christophe-Colomb.

Son rôle consistait alors à :

  • patrouiller dans des endroits publics comme le parc du Mont-Royal, le Fletcher’s Field, l’avenue des Pins et le chemin Papineau;
  • agir comme « Pony Express » en assurant une liaison rapide entre les différents postes de police et en livrant les messages de l’un à l’autre;
  • appliquer les règlements municipaux concernant la vitesse (bicyclettes et automobiles : maximum de 6 milles à l’heure).

Les années 40

Policier et sa monture à Montréal, au début des années 60

En 1947, le centre-ville de Montréal est aux prises avec un gros problème de circulation. Le directeur de l’époque, M. Langlois, décide de faire patrouiller, dans le secteur, des policiers à cheval rapatriés d’un peu partout sur le territoire : l’exercice s’avère un franc succès. C’est ainsi qu’en 1948, la cavalerie s’intègre au service de circulation.

Les années 50

Le plus grand nombre de cavaliers est recensé vers 1950, où la cavalerie compte 45 chevaux. Parmi ceux-ci, 30 sont affectés à la circulation dans le centre-ville et 15 à la patrouille des parcs (tels que le parc du Mont-Royal, le parc Jarry, l’île Sainte-Hélène). Ils sont présents aux parades et, quelquefois, aux funérailles civiques.

Policier et sa monture à Montréal, au début des années 60En 1955, la cavalerie cesse de patrouiller dans le centre-ville et 17 chevaux sont vendus. Les 24 chevaux restants desservent les parcs. 

Les années 60

Puis, en 1962, on érige une écurie sur le mont Royal alors que la cavalerie acquiert un premier cheval Palomino, une race qui sera privilégiée pendant une vingtaine d’années. C’est en 1995 qu’une autre race de chevaux est adoptée, le cheval Canadien, beaucoup plus robuste et mieux adaptée aux besoins des patrouilleurs.

Les années 80

Au cours des années suivantes, le nombre de chevaux fluctue au gré des directions qui se succèdent. En 1981, alors qu’une pétition de 140 000 noms est recueillie par une citoyenne, Mme Hurteau, pour garder la cavalerie en fonction, un rapport d’évaluation sur le bien-fondé de la cavalerie est commandé : les dirigeants en viennent à la conclusion que la cavalerie est le moyen le plus efficace et le plus sécuritaire pour patrouiller dans les espaces verts.

Aujourd’hui

De nos jours, nous comptons toujours sur la cavalerie pour patrouiller dans les rues de Montréal, garder une présence policière dans nos parcs et ainsi augmenter le sentiment de sécurité de nos citoyens.


 


Ville de montréal