Accueil Personnes recherchées Victimes potentielles

Agressions sexuelles | Le SPVM recherche des victimes potentielles d’Elamin Jibriel

Les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont procédé récemment à l’arrestation d’Elamin Jibriel. Le suspect a comparu au palais de justice de Montréal, le 31 mars dernier, pour des chefs d’accusation de séquestration, d’agressions sexuelles et armées et de voies de fait.

 Stratagème

Les éléments de preuve recueillis au cours de l’enquête démontrent qu’Elamin Jibriel cible en ligne des jeunes femmes via des sites d’escortes. Il communique avec l’une d’elles et fixe ensuite un rendez-vous. Les rencontres ont lieu à son appartement, qui est situé dans l’arrondissement d’Ahuntsic–Cartierville, ou chez la victime ciblée. Une fois qu’ils sont ensemble, le suspect menace la victime, l’empêche de quitter le logement et se livre à diverses agressions sexuelles.

Victimes additionnelles

Les enquêteurs, qui ont rencontré des victimes d’Elamin Jibriel, ont des raisons de croire qu’il en aurait fait d’autres qui ne se sont pas manifestées. Toute personne qui aurait été victime de ce dernier est invitée à se rendre à son poste de quartier ou à communiquer directement avec les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles au 514 280-8502. Toute personne additionnelle qui souhaite partager de l’information, de façon anonyme et confidentielle, peut le faire en communiquant avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133.

Elamin Jibriel, qui est âgé de 24 ans, mesure 1,75 m (5 pi 7 po) et pèse 61 kg (134 lb).

Unification des forces et protection des victimes

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées dans le cadre de cette enquête, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS) a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifiée au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Coordonnée par la Sûreté du Québec, la GECS vise à mettre en commun des ressources policières et à mieux protéger les victimes d’agression sexuelle. 

- 30 -