La police des

Montréalais


Fugue

Le phénomène de la fugue est de plus en plus répandu en milieu urbain chez les jeunes de 12 à 17 ans. 

Définition

On parle de fugue lorsqu’une personne manifeste par des mots ou son comportement sa volonté de faire une fugue, puis s’enfuit de son lieu de résidence, de sa famille d’accueil, de son centre d’accueil. Ou lorsqu’elle ne revient pas après une absence planifiée. Ou quand elle a laissé des indices démontrant qu'elle a pu partir de son propre chef, par exemple en prenant avec elle de l'argent ou des vêtements.

La fugue spontanée, non planifiée

Un ou une jeune peut fuguer de façon spontanée à la suite d’un incident, d’un échec, d’un conflit ou d’une émotion intense qu’il ou elle a ressentie (comme la peur d’affronter la conséquence de ses actes, la colère, la peine). Dans de telles circonstances, la fugue devient la seule solution possible, ou une échappatoire lui évitant de faire face à ses difficultés.

Le fugueur répétera son geste plus d’une fois si la situation qui l’a provoqué n’est pas réglée.

La fugue réfléchie, planifiée

Un jeune peut aussi faire une fugue de manière réfléchie et planifiée. Dans ce cas, il recherche souvent un nouveau mode de vie qui répondrait mieux à ses aspirations. Pour lui, la fugue devient une réponse à un ou plusieurs besoins non comblés, tels que la liberté, la valorisation, l’expérimentation, l’autonomie ou l’aventure. La fugue peut aussi être un moyen de fuir ses problèmes, une forme de contestation ou de recherche de soi. Finalement, la fugue peut représenter une façon de demander de l’aide ou de s’adapter à une situation vécue avec difficulté ou souffrance.

Que faire si mon enfant est en fugue :

Effectuez des vérifications rapides

  • Par exemple, contactez les meilleurs amis de votre enfant ainsi qu’un représentant de son école pour identifier le dernier endroit où il se trouvait, ses déplacements et ses fréquentations. Inspectez sa chambre et la maison pour identifier les choses qu’il pourrait avoir prises avant de quitter.


Avisez la police de la fugue le plus rapidement possible

  • Composez le 911 dès que vous avez accumulé suffisamment d’indices vous permettant de croire que votre enfant est en fugue
  • Un policier se rendra sur les lieux pour recueillir tout renseignement permettant de retracer votre enfant. Il produira un rapport d’événement portant un numéro de référence que vous utiliserez lors de vos communications avec l’enquêteur affecté à votre dossier. De plus, le SPVM diffusera l’avis de fugue auprès de l’ensemble des services policiers du Québec
  • La diffusion d’un avis de fugue témoigne à votre enfant que vous l’aimez, mais que vous n’êtes pas d’accord avec sa décision et que vous ne le laisserez pas se placer dans des situations qui pourraient compromettre sa sécurité
  • Le fait de signaler une fugue à la police n’entraîne pas nécessairement une prise en charge de votre enfant parla Directionde la protection de la jeunesse (DPJ). Les agents dela DPJinterviennent seulement lorsqu’un enfant se trouve en situation de compromission, c’est-à-dire lorsqu’il se trouve dans une situation qui compromet sa sécurité ou son développement, et contre laquelle ses parents ne peuvent pas ou ne veulent pas le protéger


Continuez la recherche d’indices

  • Inspectez votre domicile
  • Contactez les amis de votre enfant, parlez à leurs parents
  • Contactez les membres de la famille élargie
  • Appelez ou allez dans les lieux qu’il fréquente
  • Contactez les ressources pouvant vous soutenir dans la recherche de votre enfant, telles que le Réseau Enfants Retour, Parents en marge de la rue ou tout autre organisme
  • Contactez les ressources hébergeant des mineurs, comme En marge 12-17 et Le Bunker; vous pourrez vérifier s’ils ont vu votre enfant


Préparez-vous à négocier le retour


Prenez soin de vous et de votre famille

  • Prenez soin de votre santé physique tout autant que de votre santé psychologique. Parlez à des amis. Offrez-vous des moments de détente. Prenez du temps avec les vôtres
  • Allez chercher de l’aide, si nécessaire (consultez une ressource)

Si votre enfant est en fugue, rappelez-vous que vous n’êtes pas seul à vivre une telle situation. Ne restez pas isolé avec le problème : demandez de l'aide.

Que faire si votre enfant en fugue vous appelle ?

Assurez-vous qu’il est en sécurité

  • Posez-lui des questions fermées (p. ex., « Es-tu en sécurité? »; « Peux-tu parler librement? »). Demandez-lui le plus de renseignements possible sur la nature du danger et sur l’endroit où il se trouve, afin de lui venir en aide. Communiquez ces renseignements en composant le 911.


Maintenez le contact et gardez votre sang-froid

  • Évitez de le blâmer, de lui faire des promesses, d’utiliser les menaces ou le chantage, d’insister s’il refuse de vous dire où il est ou d’aller le chercher vous-même s’il se trouve dans un centre d’hébergement de mineurs
  • Nommez vos émotions (p. ex. inquiétude, angoisse, tristesse)


Tentez de comprendre la raison de sa fugue et de trouver des solutions.

Que faire lorsque votre enfant revient après une fugue ?

Aviser la police du retour en composant le 911.

  • Un policier ira vous rencontrer pour valider la localisation de l’enfant et fermer le dossier


Gérer vos émotions, ne les laissez pas prendre le dessus lors de vos discussions avec votre enfant.


Accueillir votre enfant.


Favoriser la communication et cherchez des solutions.

  • Vous pouvez contacter le CSSS de votre quartier afin d’obtenir l’aide de professionnels


Envisager différentes options au retour à la maison, au besoin.

Le meilleur moyen d’éviter une nouvelle fugue est de trouver une solution aux problèmes mis en lumière lors de cette fugue-ci. 

En savoir +

Pour obtenir une version détaillée de ces conseils, veuillez consulter la brochure « Revenir pour rester », en format PDF. 


Ville de montréal