La police des

Montréalais

Accueil Trouver de l'information Fraude - Location d’un logement

Fraude - Location d’un logement

Le mois de mars est le Mois de la prévention de la fraude. Pour plusieurs personnes, il marque aussi le début de la recherche d’un logement. Or, certains fraudeurs profitent de cette période pour arnaquer ces futurs locataires en affichant des annonces pour des logements dont ils ne sont pas propriétaires ou qui n’existent tout simplement pas. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) souhaite donc prévenir la population contre ce type de fraude.

En 2017, 67 cas de fraudes liées à la location d’un logement ont été rapportés au SPVM. En moyenne, les fraudeurs ont exigé de leurs victimes des dépôts d’un ou deux mois de loyer, soit des sommes de 500 $ à 1200 $, dépendamment des appartements.

Toute personne qui aurait été victime d'une fraude est invitée à se rendre au poste de police de son quartier ou à communiquer avec le 911 afin de déposer une plainte officielle.

MÉTHODE UTILISÉE PAR LE FRAUDEUR

Bien que les fraudeurs utilisent plusieurs scénarios, les plus récurrents sont les suivants :

  • Un locateur cherche à louer son logement rapidement à bon prix pour ne pas perdre d’argent. Comme il se trouve à l’étranger au moment de la location, il demande qu’une somme d’argent lui soit versée par virement électronique en guise de dépôt de sécurité.
  • Un locateur ne veut pas se déplacer pour rien et demande un dépôt par virement électronique avant de faire visiter les lieux.

Peu importe le prétexte évoqué, un montant d’argent est toujours exigé. En acceptant de payer la somme demandée, un locataire s’expose à une fraude potentielle. Bien que des propriétaires sans mauvaises intentions peuvent demander un dépôt de sécurité remboursable après le bail, la Régie du logement est claire sur le sujet : « un propriétaire ne peut pas exiger un dépôt, qu'il s'agisse des clés ou des meubles. »  

CONSEILS DE PRÉVENTION

Indications et conseils de prévention

  • L’adresse d’un logement à louer devrait être indiquée dans l’annonce.
  • Un locateur devrait pouvoir être joint par téléphone, pas seulement par courriel.
  • En recherchant sur internet l’adresse du logement à louer, il est possible de voir si des internautes ont été victimes de fraude.
  • En faisant une recherche sur internet avec les images d’une annonce, il est possible de voir si celles-ci ont déjà été publiées sur d’autres sites. Il arrive que des fraudeurs utilisent des photos provenant d’autres annonces. Des photos trop professionnelles pourraient indiquer une fraude.
  • Visiter l’appartement avant de signer le bail.
  • Vigilance : un virement électronique peut désormais être encaissé sans que la réponse à la question de sécurité soit donnée.
  • Rencontrer les voisins peut être une façon de valider si le logement est bien à louer et que le locateur est bien celui qu’il prétend être.
  • Si une offre semble trop belle pour être vraie, c’est probablement une fraude.

 

BON À SAVOIR

Les sites de petites annonces publient des conseils pour prévenir la fraude et indiquent comment dénoncer les malfaiteurs qui sévissent sur leur plateforme.


Ville de montréal