Agressions sexuelles - Le SPVM recherche des victimes potentielles de Robert Charpentier

14 mai 2021

Les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) cherchent à identifier des victimes potentielles de Robert Charpentier, un enseignant à la retraite qui a comparu au palais de justice de Montréal récemment pour des chefs d’accusation d’exploitation sexuelle et de grossière indécence. Les événements auraient été commis envers des mineurs au cours des années 1980 et 1990. 

Victimes additionnelles

Durant une trentaine d’années, Robert Charpentier a enseigné l’anglais et la musique dans une école anglophone de l’Ouest-de-l’Île. Le suspect est accusé d’avoir agressé sexuellement deux élèves à sa résidence, de même qu’à proximité de l’école et lors d’activités parascolaires. Les enquêteurs ont des raisons de croire que l’accusé aurait pu faire d’autres victimes.

Robert Charpentier est un homme blanc aux yeux bruns, qui est aujourd’hui âgé de 74 ans. Il mesure 1,83 m (6 pi) et pèse 75 kg (165 lb). Il a les cheveux gris et une calvitie partielle. Le suspect est bilingue et s’exprime aisément en anglais et en français.

Toute personne qui aurait été victime de Robert Charpentier est invitée à se rendre à son poste de quartier ou à communiquer directement avec les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles au 514 280-8502. Toute personne additionnelle qui souhaite partager de l’information, de façon anonyme et confidentielle, peut le faire en communiquant avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133.

Unification des forces et protection des victimes

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées dans le cadre de cette enquête, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS) a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifiée au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Coordonnée par la Sûreté du Québec, la GECS vise à mettre en commun des ressources policières et à mieux protéger les victimes d’agression sexuelle.

 

- 30 -