La police des

Montréalais


Arrestations, démantèlement de laboratoire et saisies majeures : le SPVM porte un grand coup dans le milieu des trafiquants

12 février 2018

Dans la nuit du 9 au 10 février dernier, les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), avec le soutien de plusieurs partenaires, ont mené une vaste opération contre un réseau impliqué dans la production et le trafic de stupéfiants à grande échelle. Celui-ci était relié au crime organisé italien et aux motards criminalisés.

Cette opération a été effectuée au terme d’une vaste enquête menée par la Division du crime organisé du SPVM avec la collaboration de la Sûreté du Québec (SQ), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Le réseau criminel visé jouait un rôle-clé dans le trafic de stupéfiants dans la grande région métropolitaine.

En tout, les policiers ont procédé à six perquisitions : quatre résidences (Montréal, Mirabel, Terrebonne et Blainville); un entrepôt à Mirabel et un laboratoire clandestin à Chertsey.

Quatre individus ont été arrêtés. Il s’agit de Lorenzo DE ROSA, 46 ans; Marcello PAOLUCCI, 37 ans; Rudolph JEAN, 45 ans; et Lucio AUGELLO, 45 ans. Ceux-ci font face à des chefs d’accusations pour production de substances, possession de substances en vue d’en faire le trafic ainsi que recel. Les suspects ont comparu à la Cour du Québec le samedi 10 février 2018.

Marcello PAOLUCCI     Rudolph JEAN     Lucio AUGELLO     Lorenzo DE ROSA
Marcello Paolucci Rudolph Jean  Lucio Augello  Lorenzo De Rosa

 

Les policiers ont saisi des quantités considérables de stupéfiants, dont 7 kg de méthamphétamine, environ 100 000 comprimés de méthamphétamine, des lots importants de produits anabolisants, ainsi que 25 kg de phenyl-2-propanone (P2P) un produit utilisé dans la fabrication de stupéfiants. Ils ont également saisi plusieurs équipements servant à la fabrication de drogues dont trois presses à comprimés dans le laboratoire clandestin - chacune ayant une capacité de production de 105 000 comprimés par heure.

Cette opération a pu avoir eu lieu grâce au travail d’enquête effectué à la suite d’un vaste projet mené entre juin 2016 et 2017 ciblant des individus impliqués dans le fabrication de drogues de synthèse notamment du fentanyl.

La lutte aux drogues de synthèse est une priorité pour les organisations policières, car elles présentent des enjeux de santé et de sécurité publique très importants. Les drogues synthétiques sont produites par des chimistes improvisés et leur fabrication et leur consommation sont dangereuses. Elles sont de plus une source importante de financement pour le crime organisé.


- 30 -

Pour renseignements :
Section des relations médias
Service des communications
Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)
Tél. : 514 280-2015


Ville de montréal